mardi 26 avril 2016

Breakfast for two, please…#25





 Arghhh! Oui toujours pas d’article sur notre trip aux USA. Mais le retour se trouve bien chargé par ici. Mais promis le tri des photos avance !


Coup de gueule : une horrible personne a demandé à ma mère « si elle ne se remettait pas un peu vite de la mort de mon père ». Oui car ma mère survit, a repris le boulot et a même mangé avec des amis! Et apparemment ça a l’air de faire chier les gens que ma maman puisse encore avancer. Les gens sont des cons. Mais quand est-ce que les gens comprendront que l’on a le droit de pas exposer sa peine, de ne pas montrer qu’a l’intérieur on a un vide béant et qui nous fait souffrir, mais qu’a l’extérieur la vie continue. Et que non on ne se remet jamais de perdre une personne que l’on aime, et que oui on pleure tous les jours. Mais pour cette personne et ceux qui reste on essaye d’avancer et de faire face à la vie. Maman tu emmerdes ces cons et moi je suis fière de toi et de ta force. 


Maintenant des choses beaucoup plus légères



Coup de style : j’ai trouvé un maillot une pièce magnifique. Faut que j’explique que je ne mets jamais des maillots une pièce. Celui-là a juste flashé devant mes yeux et est parti direct dans mon panier. Je me dis même que juste avec une jupe ou un short il sera parfait pour la plage. Donc je dis que le une pièce c’est tendance (il y en a plein les magazines!) et que ce n’est pas moi qui vieillit! SVP ne me laissez pas seule dite moi que vous aussi vous avez un une pièce (partagez sur instagram #unepiecepourmadamoisellea ou dans les comm’), car que je l’ai annoncé a mon américain il m’a regardé comme si je n’étais pas très bien dans ma tête.



Coup de bouffe : les brunchs de mon américain sont de retour le week-end et j’ai l’impression qu’il a encore augmentée le niveau de perfection. Dernièrement les œufs Bénédictes étaient juste parfait visuellement aussi bien que gustativement! 


Et cette nouvelle recette d’omelette avocat, chorizo et emmental vient de passer dans mon top 10. Moi j’ai arrêté de cuisiner des vraies choses et ce moment je fais une orgie de tomates cerise, et je me nourris de trucs faciles à cuisiner!




Coup de nature : les tulipes sont de retour, et je trouve ces fleurs magnifiques ! Mon américain m’a apporté un bouquet la semaine dernière et je ne me lasse pas de les regarder tous jours. Le soleil, était de retour les températures remontées doucement. Et hier badaboum il a neigé! Pendant 2min maximum mais ça dit bien les températures! Rendez-moi mon printemps!

lundi 18 avril 2016

Read, watch and listen



Non ceci n’est pas un article sur la méditation ou le yoga, mais plutôt sur mes dernières découvertes ou coups de cœur.



Coté films. 
Hier soir je suis allée voir ‘How to be single’ (en français ‘Célibataire, mode d’emploi). Un vrai coup de cœur pour ce film ‘feel good’. Un film bien mieux que la bande-annonce puisse le suggérait. C’est plus de la comédie romantique rigolote qu’autre chose. Même l’américain a bien aimé ce film ‘de fille’. Les histoires croisées de différents célibataires. Célibataires par choix ou non d’ailleurs. C’est sympa et rafraîchissant et ça se passe à New-York, ville que j’adore!


Synopsis et détails (source allocine)

Il y a toutes sortes de manières de vivre en célibataire. Il y a ceux qui s'y prennent bien, ceux qui s'y prennent mal… Et puis, il y a Alice. Robin. Lucy. Meg. Tom. David... À New York, on ne compte plus les âmes en peine à la recherche du partenaire idéal, que ce soit pour une histoire d'amour, un plan drague… ou un mélange des deux ! Entre les flirts par SMS et les aventures d'une nuit, ces réfractaires au mariage ont tous un point commun : le besoin de redécouvrir le sens du mot célibataire dans un monde où l'amour est en constante mutation. Un vent de libertinage souffle de nouveau sur la ville qui ne dort jamais !



Coté Livres. 
Ma copine nini m’a offert ‘Comment braquer une banque sans perdre son dentier’ de Catharina Ingelman-Sundberg.

J’ai adore ce livre, je l’ai dévoré dans mon bain, puis dans mon canapé et enfin à la lumière de ma lampe de chevet. Bref j’ai eu du mal à le poser. C’est un livre différent, après des personnes du 4eme âge. Mais vieillir ne veut pas dire ne plus rien faire, ne veut pas dire arrêter de rêver et de préparer l’avenir. C’est plein d’humour. Ces 6 veilles personnes réunis font une troupe parfaite, et prêt a tout comme des ados! Bref à mettre dans la valise, le sac à main ou a cote de la baignoire !



Résumé: (source Fleuve noir (2014))

Märtha, Stina, Anna-Greta, le Génie et le Râteau ont 80 ans et dépérissent dans une maison de retraite de Stockholm. Pour tromper l'ennui, ils décident de préparer le casse du siècle.



Coté musique. 
Je sais que j’arrive après la tempête mais j’ai découvert Jain et son album Zanake. Cette petite jeune toulousaine est juste une vraie explosion. Et son album est tellement abouti c’est impressionnant. Le graphisme de ses clips et son univers sont vraiment unique.

   

lundi 11 avril 2016

And we're back online!



Les derniers mois furent un peu comme des montagnes russes. Il a fallu accepter et continuer d’avancer comme on peut. Parfois avec des béquilles ou en boitant mais on avance doucement. 

Fin Janvier, nous avions réservé nos billets pour les USA. Avec un périple San Francisco, Miami et Las Vegas.  J’ai pensé à tout annuler et puis poussé par mon entourage, nous avons pris les passeports, deux petites valises et nous avons décidé de partir.
Et il faut bien dire que ces deux semaines m’ont fait du bien. Remettre les pieds à San Francisco après deux années comme si rien n’avait changé. Voir mes amis, se balader dans les rues, manger dans nos endroits préférés, faire les touristes… Puis départ pour Miami pour 3 petites journées, au programme plage, visite et famille. Et enfin la grande première pour moi Las Vegas (!!!) pour une semaine pour voir la famille de l’américain et découvrir enfin le Strip et la folie des casinos au décor surréaliste parfois. Je reviendrais plus longuement dans les prochains articles sur ces escapades !

Puis retour en Écosse, à la maison, au travail après presque 1mois. Retrouve Queen Penny, mes habitudes et mon lit ! C’est dingue comme mon lit me manque en voyage même si je dors parfaitement n’importe où ! Et puis j’ai enfin pu utiliser mon cadeau d’anniversaire avec un massage Suédois et un soin du visage. En sortant mon visage avait rajeunit de 10ans et les heures dans les 9 avions que nous avions pris ne se ressentait plus sur mon dos. 

Et puis ce blog, je ne savais pas quoi faire avec, il me semblait vain. Après je me suis dit que c’était mon moyen d’expression, mon dérivatif a moi, et que cela me ferait du bien de m’y remettre. Mon père c’est vrai n’est plus là pour le lire, mais ce blog c’est aussi une partie de mon équilibre. Et je sais que certain(e)s eux attendent (maman, lili merci!) la suite.  Alors voila "we're back online".



vendredi 18 mars 2016

L'absurde de la vie


Un grain de beauté, une simple tache sur sa peau. Une toute petite chose de quelques millimètres. Qui un jour s’est affolée et a commencé son œuvre destructrice. Un combat de 2ans et demi, de lui, des médecins et de nous. Pendant plus de 2ans on avait presque gagné. Chaque jour qui passait, ce nuage au-dessus de nos têtes semblait s’éloigner. On oubliait presque dans les bons moments ce qu’il pouvait arriver. Et puis la machine s’emballe, se détraque, se répand. L’ouragan destructeur que l’on prend de plein fouet dans la tête. Pas le temps de réfléchir ou de réagir. Juste le temps de prendre un avion. De passer quelques jours avec lui, avec eux. De lui tenir la main encore et encore. Ne pas avoir dit ce qu’on voulait lui dire. Ces larmes et cette douleur qui n’arrêtent pas d’enfler au point d’avoir l’impression que mon cœur va exploser. Et puis un matin recevoir ce coup de fil qui veut dire que vous ne pourrait plus jamais lui parler ou lui tenir la main. Etre là comme un zombie qui marche et parle mais se trouve à côté de son propre corps. Une réalité qui semble si injuste et irréel. Des vagues de douleurs qui viennent et repartent mais ne s’arrêtent jamais.
Lui qui lisait ce blog, qui m’envoyait des mails ou me téléphonait pour en parler. Il m’aurait sans doute dit que ça n’avait pas l’air d’aller fort. Et il aurait eu raison. On me dit que la peine s’atténue avec le temps, je ne le pense pas, je pense juste qu’on s’habitue à vivre avec cette douleur. Il me manque tous les jours. Rien ne sera plus jamais pareil et pourtant il faut avancer, pour lui,  pour nous. Comment avancer je ne le sais pas encore, mais je vais essayer d’utiliser ce qu’il m’a appris pendant 34ans. 
Ce blog quand a lui je ne sais pas quoi en faire, cela me semble si absurde, c’était un lien entre lui et moi. Tellement de chose me semble absurde d'ailleurs en ce moment....